Je vais arrêter de manger pendant 5 jours …..

Le jeûne thérapeutique: Je commence cet article et irai en le modifiant, tellement le sujet est complexe et, tellement je souhaite vous faire partager mon retour d’expériences. Il y a maintenant 4 ans, j’ai vu un document sur Arte sur le jeûne thérapeutique de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, dont voici le lien vidéo : Reportage.

Je vous conseille de regarder ces 55 minutes de reportage avant de lire la suite de ce que je vais raconter, tout simplement, car plein d’éléments de base de la discussion vous seront fixés, ce qui me permettra de m’étendre particulièrement sur l’expérience personnelle et subjective du jeûne. Depuis 4 ans, j’ai fait 4 jeûnes de durées différentes.(entre 3 et 5 jours, avec ou sans phase de mono-diéte, prè et post-jeûne).

Le 1er jeûne : quelle aventure? Un sentiment de dépassement de soi m’animait. Comment décider de ne pas manger pendant 5 jours? Ne boire que de l’eau? Mais c’est possible : à la Réunion, la bonne vieille expression, « si ou manz’ pas, oussa tomb faib' », « Goni vide tien d’bout' », bref, « il faut manger sinon on meurt »… Remarque simpliste, il est vrai mais forte de sens : quand vous avez sauté un repas, comment vous sentez-vous? et 2 repas? mais, vraiment « sauter les repas », pas d’encas, pas de chips, pas de barre chocolaté, pas de boisson sucré, pas de cigarette (coupe-faim reconnu),….puis 1er repas sauté puis rien…..puis 2eme repas sauté…..J’insiste mais posez-vous vraiment la question? En toute loyauté, en toute prise en compte de ces conditions?….Personnellement, avant mes jeûnes, aussi aventurier que j’ai pu être, je n’avais jamais vraiment sauté 2 repas dans les conditions ci-dessus.

Attention : avec le recul de plusieurs jeûnes, je peux vous dire que, juste sauter des repas, personnellement, n’est pas une bonne chose à faire, à moins d’y être contraint (ça peut arriver) ou de le faire pour la pédagogie sur ses sensations (comme décrit au-dessus), mais surtout pas de manière récurrente. Je m’explique : la première journée (soit 2 à 3 repas sautés) votre corps va consommer le sucre présent dans votre corps, donc vous ne sentirez rien de spécial et votre corps, avec les années d’over-alimentation de nos sociétés occidentales va parfaitement gérer ce mini-séisme métabolique. L’unique avantage que je verrais, éventuellement, c’est de se dire que c’est la première étape pour pouvoir réaliser un jeûne thérapeutique d’au moins 3 jours dans un second temps. Vous validez la méthode et confirmez que votre volonté vous permet de vous arrêter de vous nourrir pendant quelques heures. Mais la finalité, doit, en effet être la possibilité de faire 3 jours (72h) de jeûne (cf. reportage).

Je reprends mon histoire…Et puis, ce reportage vu une troisième fois, me donne confiance en mon corps. Ma femme, m’accompagne…La confiance dans notre projet, dans la capacité de notre corps à gérer cette situation de « stress » métabolique, étant acquises, nous voilà lancés : nous prenons 3 jours de congés, mercredi, jeudi, vendredi. Nous avons vu qu’il fallait préparer notre métabolisme à la privation, alors nous prévoyons 2 jours de mono-diète à la soupe liquide et aux smoothies pour les matins (faits maison!), donc le lundi et le mardi. Nous corsons l’affaire, en ne mettant pas de sel, ni d’épices dans les préparations….Quelle erreur!!! (cf.plus tard). Donc ce dimanche soir, nous préparons notre soupe des 2 jours à venir et nous nous disons que nous sommes fous…Ce moment est inoubliable.

Le mono-diète se passe bien, nous mangeons, liquide certes, mais nous mangeons, et puis le mardi soir arrive. Finalement nous étions pressés, car la soupe de légumes sans sel, ni épice, c’était une mauvaise idée, car même si l’on s’apprête à ne plus manger, les derniers repas ne doivent pas être un calvaire. Le passage au jeûne, à la privation était donc pas très agréable, ce qui n’était pas le but de la démarche, cela va sans dire. Donc je vous conseille de soigner vos derniers repas pour en faire « un rituel de bonnes nouvelles ». Le mercredi est passé sans problème, nous éliminons le sucre de notre corps, tous les organes fonctionnent bien. Le jeudi, est moins évident, car, en résumé, quand vous enlevez la perspective des repas à venir, des vaisselles à faire, de mettre la table, du repos digestif, les journées deviennent de longs moments à combler…Et c’est finalement cela le plus dur à gérer la première fois que l’on ne boit que de l’eau pendant 5 jours! Le cerveau a besoin de sucre et de sel pour fonctionner, et d’un coup d’un seul , nous ne lui apportons plus ces éléments facilement…commence alors quels inconforts mais totalement gérables tant que vous avez confiance en votre corps. Important : encore une fois, il s’agit d’une épreuve psychologique à passer. Votre corps ne digère que de l’eau (personnellement, j’ai eu quelques ballonnements, comme si tout bouger pour s’adapter à cette nouvelle donne ou « absence de donne »), et doit se mettre en autonomie de gestion, ce qui, obligatoirement, provoque des révolutions métaboliques internes (le docu explique tout ça très bien). Ce dont je me souviens et que j’aimerais partager avec vous : j’ai ressenti tout mon système d’élimination (reins, poumons,…) se mettre à fonctionner au maximum (10 fois/jour de petite commission, même quelques gouttes claires), je sentais mon cœur battre comme jamais. Mon sang étant extrêmement fluide, j’imagine que mon cœur se faisait plaisir. Au repos, quand je parlais, j’avais l’impression d’avoir fait un 100m en 8.5sec. Quelles sensations déconcertantes?!!mais il faut persister…continuer à écouter son corps et avoir confiance en lui. Sortez, marchez quelques minutes, au grand air. Prenez une douche. Faites des siestes. Reposez-vous et laissez aller. Le 3eme jour a été une formalité. Quelques fantasmes de mousse au chocolat, pour moi… Des pensées d’odeur de viandes grillées…Le 4eme jour aussi. Bis repetita du jour 2 : un chapelet de révolutions métaboliques….et pas de selle depuis le dernier repas solide…Quel cure de jouvence pour certains organes internes!!! Le 5eme jour eut une saveur particulière : nous sommes à quelques heures de la reprise de la nourriture. Alors, nous envisageons la préparation de la soupe de reprise. Nous l’imaginons, pensons les étapes de préparation…bref, nous prenons conscience de l’importance de la nourriture, comme besoin physiologique, mais aussi comme plaisir intense, trop souvent relégué au rang de chose obligée, banale, quotidienne…

La première lampée de soupe….Ahhhh….les papilles se réactivent, se réveillent, nous découvrons la complexité du goût, la complexité de tous ces phénomènes en cascade, (déglutition, salivation,…) dont nous sommes remplis. Je comprends le salé, le sucré, je bois un verre d’eau, si important durant 5 jours, et cette eau, je la vois presque comme un de mes organes internes, un de mes sucs gastriques,…être en osmose avec l’eau serait-il le terme? Avoir vaincu toutes mes croyances sur le fait de ne pas pouvoir résister sans manger,  avoir entendu et communiqué avec son corps de la sorte, voici une expérience que chacun doit pouvoir vivre, une fois dans sa vie.

Je reviendrai à l’écriture si d’autres choses méritent d’être précisées.

Je vous propose de lire les informations sur le site d’Eric Gardon, qui me semble aussi, très complet : site sur le jeûne. Il propose un accompagnement dans le jeûne. Personnellement, n’ayant aucune maladie, et voyant le jeûne comme un comportement préventif, j’ai pu le faire sans aide. J’ai, pour ma part, accompagné des proches dans cette démarche (ma mère, ma meilleure amie, un collègue,…) que j’ai dû convaincre car, je pense que le passage à l’acte est soit lié à une forte volonté pré-existante de le faire ou une prise de conscience des réalités présentés lors que vous racontez vos expériences de jeûneurs ou de relever un défi (rare mais pourquoi pas!). Cet acte va tellement à l’encontre de nos conceptions occidentales, qu’il nécessite, parfois, de longues discussions, des répétitions des grands principes, pour qu’il trouve échos dans notre entourage.

Conseil : il m’est arrivé que l’eau du robinet ne me convienne pas. (1 des 4 jeûnes) Je suis passé à l’eau en bouteille et tout a très bien fonctionné.

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s